Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

Livres

Terre Vivante Livres - librairie - Livres

Editions Terre Vivante - Auteur - Catherine De Silguy

Catherine De Silguy

Catherine de Silguy est agronome. Elle a travaillé pour des organisations agricoles et pour L'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)? 
D'un tempérament plutôt rebelle, elle milite depuis toujours...

Quel a été votre parcours ?

J'ai participé à diverses luttes avant, pendant et après Mai 1968, notamment aux rassemblements du Larzac. Sensibilisée aux problèmes d'environnement, j'ai tenté de concilier mes convictions et mes activités professionnelles. L'APCA (Assemblée permanente des chambres d'agriculture) m'offrit cette opportunité en 1981. La nouvelle loi d'orientation agricole prévoyait de réglementer "l'agriculture n'utilisant pas de produits chimiques de synthèse" ; le lobby agricole refusait alors qu'on emploie le terme "biologique". Je participais à la Commission nationale, et avais aussi en charge le dossier sur les utilisations énergétiques et industrielles de la biomasse. Mais assez vite je compris que la rentabilité passait par des apports considérables d'intrants chimiques. Trop de contradictions !

Je choisis de partir à l'Ademe pour y travailler sur les énergies renouvelables puis sur les déchets municipaux.
Pour creuser les sujets sur lesquels je travaillais, j'ai rassemblé longuement des informations et écris plusieurs livres : "Histoire de hommes et de leurs ordures" (Le Cherche midi, 2009) ; "L'agriculture biologique" (PUF-Que-Sais-Je-1991) ; " Sagesse de la nature et folies des hommes" (le Cherche midi, 2005).
Afin de valider le contenu de mon livre "L'Agriculture biologique" édité par Terre Vivante en 1994, j'ai demandé le concours de trois techniciens spécialisés, français, espagnol et suisse. Je vivais alors à Paris, donc avec une expérience de terrain assez réduite. Il me semblait plus honnête de confronter mes écrits aux connaissances de ces techniciens.

Comment avez-vous rencontré Jacques Vallin ?

Installée depuis 12 ans dans la campagne angevine j'ai appris énormément sur la nature. On apprend vite quand on est motivé !
La rencontre à 3 km de chez moi avec Jacques Vallin m'a donné envie de faire connaître les savoirs et le savoir-vivre de ce jardinier humaniste et créatif. Pendant plusieurs mois, j'ai vécu comme une initiation les interviews de cet homme.

Etre édité par Terre Vivante, cela a-t-il un sens pour vous ?

J'ai connu la revue "Les 4 saisons du jardinage" à ses débuts. Je me souviens de rencontres avec Claude Aubert, Karin Mundt, Jean Paul Thorez à Paris : de vieux compagnons de route des débuts du développement de l'agriculture biologique.
Lorsque je me suis installée en Anjou en 1997, j'ai commencé un potager bio et je me suis abonnée aux "4 saisons du jardinage". Cela me paraissait naturel que ce nouveau livre sur les "Confidences d'un maître jardinier", en phase avec l'esprit de Terre Vivante, y soit publié.

Et vous, que faites vous au quotidien pour faire avancer l'écologie ?

Je suis particulièrement sensible aux économies d'énergies fossiles donc j'éteins systématiquement les lumières quand je quitte une pièce, même si elles sont équipées d'ampoules moins voraces en électricité.
J'ai fait installer un poêle à bois.
Je lève le pied de l'accélérateur dans ma voiture pour rouler à vitesse modérée. Je privilégie dès que possible les transports en commun, le vélo ou la marche.
Bien sûr je trie soigneusement mes déchets, composte mes résidus organiques et cultive mes légumes en bio.

Editions Terre Vivante - Catherine De Silguy

Découvrez les auteurs des Editions Terre Vivante
Editions Terre Vivante – Auteur – Pascal Greboval Pascal Greboval

Recherchez un auteur

Annonces

 

Déposez votre petite annonce

 

Espace publicité | Espace revendeurs | Faire un lien vers nous
© 2008 Terre vivante